Témoignages

La Maison populaire / Saison 21-22

La Maison du parc du 02/10/2021 au 02/10/2022

Nathalie

jeudi 13 janvier 2022 à 08 h 39

« Aujourd’hui 13 jan­vier, le soleil s’est levé sur Montreuil à 8 h 39. J’ai assisté au spec­ta­cle tou­jours émouvant du pay­sage des ténè­bres vers la lumière. Mais la boule de feu du soleil, je ne l’ai pas vue, il y avait beau­coup de nuages et de brouillard ce jour-là. Est-ce que je le regrette ? Oui, dans un sens, j’aurais aimé que mon expé­rience soit plus intense, qu’il m’eut été donné d’admi­rer toute la splen­deur du lever de soleil. Cependant, d’un autre côté, ce petit tour que m’a joué le soleil (auquel j’étais pré­pa­rée période hiver­nale oblige…) m’a fait réflé­chir à mon exis­tence, dans le sens où j’ai le sen­ti­ment que je cours après une cer­taine forme de spi­ri­tua­lité, de trans­cen­dance, que j’arrive par­fois à entre­voir, mais qui se dérobe aus­si­tôt sous le poids des contin­gen­ces au quo­ti­dien = tra­vail, tâches ména­gè­res et occu­pa­tions diver­ses. S’en suit une cer­taine frus­tra­tion, comme ce matin où il ne m’a pas été donné à voir le soleil dans toute sa majesté, mais où, malgré tout j’ai assisté à la vic­toire de la lumière sur les ténè­bres. Comme si, dans la vie, en tout cas dans ma vie, ma quête méta­phy­si­que trou­vait quel­ques éléments de réponse mais pas LA réponse. Comme si quel­que chose de trans­cen­dant se dévoi­lait mais pas com­plè­te­ment…
Et j’ai com­pris ce matin, grâce au soleil facé­tieux, que si cette vérité à laquelle j’aspire joue à cache-cache avec moi, c’est peut-être que mon chemin de vie à moi, c’est celui qui assiste à par­ti­ci­per plei­ne­ment à la com­mu­nauté des êtres humains. Car, je dois bien l’admet­tre, si j’ai regardé le ciel ce matin, mon regard a sur­tout été attiré par les per­son­nes, les ouvriers qui réa­li­saient les tra­vaux, les jog­geurs, les pro­me­neurs de chien… Alors, merci au soleil de m’avoir montré que ma façon d’être au monde, c’est d’être sur­tout aux côtés des êtres humains, de mes sem­bla­bles. »

Nathalie

Partager sur :